Jack Reacher : back in the seventies

CINEMA

Les années 70 et 80 ont représenté l’âge d’or du cinéma d’espionnage, des complots politiques, et des polars musclés… « Jack Reacher », adaptation cinématographique du roman « Folie furieuse » de Lee Child, avec Tom Cruise en tête d’affiche, aurait très bien pu être tourné à cette époque : le style très sec et cette manière très particulière de dérouler le scénario sans fioritures sont définitivement ancrés dans cette époque.

Le réalisateur Christopher McQuarrie -qui signe ici son second long-métrage et revêt d’habitude sa casquette de scénariste (« Usual Suspect », « Walkyrie »…)- démarre l’action en trombe avec un sniper qui allume cinq personnes au cœur de Pittsburgh en pleine journée. Un homme est arrêté rapidement, mais refuse de coopérer, et lâche ces seules bribes aux inspecteurs de police : « trouvez Jack Reacher ».

Dès cet instant, les enquêteurs ainsi que l’avocate (Rosamund Pike) de ce coupable idéal, n’auront qu’un seul objectif : mettre la main sur ce mystérieux Jack, ancien policier de l’armée (MP), qui semble avoir mystérieusement disparu de la surface du globe. Leurs recherches seront finalement limitées dans le temps : soucieux de faire éclater la vérité au grand jour, Reacher finira par sortir lui-même de son trou.

Derrière ce qui s’apparente à une trame articulée autour d’une banale intrigue terroriste, le récit se démarque du genre policier par sa complexité avec en toile de fond un recours aux scènes d’action très limité et des éléments de narration non dénués d’esprit, ce qui a pour mérite de trancher radicalement avec les blockbusters actuels. Rien que pour ça, Jack Reacher vaut le détour,  même si l’intrigue en elle-même ne fait à aucun moment perdre le fil au spectateur. Rien à voir autrement avec ces deux réalisations cultes que sont « les trois jours du condor » ou « à cause d’un assassinat ».

Ajoutez à cela un casting de premier choix, avec notamment l’actrice britannique Rosamund Pike, qui donne la réplique au vétéran Robert Duvall, ou encore Richard Jenkins, révélé au grand public par les films des frères Farelly et la série « Six Feet Under ». Et que dire de Werner Herzog, célèbre réalisateur allemand, acteur pour la circonstance, plutôt convaincant dans le rôle du méchant !

Quant au choix de Tom Cruise (1m70) pour interpréter Reacher, un colosse de près de 2 mètres selon le récit original, il a fait grincer des dents de nombreux lecteurs du livre. Un rôle que l’acteur américain incarne néanmoins avec une aisance pour le moins surprenante : délaissant ses tics habituels, Cruise, dont l’omniprésence à l’écran a tendance à en agacer plus d’un, brille cette fois par sa relative discrétion.

Georges Kaplan

 

Le film sortira en dvd/blu ray le 22 mai prochain en France.

The following two tabs change content below.
Fabian Rémy
Fabian Rémy est journaliste indépendant. Il est le correspondant "Brésil" de la rédaction.
Fabian Rémy

Derniers articles parFabian Rémy (voir tous)

Related posts