Liberté de la presse : la campagne coup de poing de RSF

 

La journée du 3 mai 2013 célébrait la liberté de la presse dans le monde. A cette occasion, BETC Paris a réalisé une campagne coup de poing pour Reporter Sans Frontières. Les affiches, visibles dans le métro parisien et devant le centre Pompidou à Paris, montrent nommément du doigt les « prédateurs de l’information », ces chefs d’état qui se targuent de mater les journalistes abusivement épris d’un désir d’informer.

Le président russe, Vladimir Poutine, fait partie du "club des prédateurs de la liberté de la presse" de RSF.
Le président russe, Vladimir Poutine, fait partie du « club des prédateurs de la liberté de la presse » de RSF.

 

Quatre bustes en noir et blanc, chacun occupant sans vergogne une pleine affiche. L’on y reconnaît quelques-uns des plus grands tyrans de ce monde exagérer fièrement des gestes de voyous. Bashar Al Assad (Syrie), Vladimir Vladimirovitch Poutine (Russie), Kim Jong-un (Corée du Nord), Xi Jinping (Chine) . Un simple « Fuck » à la liberté de la presse et aux principes « droitsdelhommistes » dont ils sont la ridicule engeance. « Non », semble souligner cette série d’affiches, les gouvernants qui musèlent la presse ne détiennent aucun argument. Ce « Fuck » buté et brutal est significatif du caractère capricieux des tyrans, incapables d’ouvrir une discussion. En présentant les quatre hommes sous les traits de leur plus vile immaturité, les affiches renforcent chez le lecteur le dédain pour ces pourfendeurs de la liberté de la presse. Il n’y a rien à comprendre. Tout ce qu’il faut, c’est lutter contre, en militant aux côtés de RSF, par exemple.

Le coup de force de cette campagne est qu’elle fige une anticipation aux réactions éventuelles des dictateurs épinglés. Il y eut de grandes probabilités que les quatre réagissent d’un bras d’honneur à quelconque affiche émotive promouvant la liberté de la presse. Avec ces affiches crues, c’est comme si RSF les avait photographiés sur le vif. Pris en flagrant délit de délire dictatorial. Par des journalistes libres des enquêtes qu’ils mènent.

Clara Schmelck

Voir aussi :

Journée de la liberté de la presse : la campagne radicale de RSF (Le Monde)

Les doigts d’honneur de Poutine, Assad et Ahmadinedjad (Le JDD)

 

The following two tabs change content below.
Farouk Atig
Farouk Atig, grand reporter, dirige Intégrales Mag

Related posts