Chic-chiche Kechiche

 

A propos de la Palme d’or…

On a dit bien des choses sur Kechiche et sa Vie d’Adèle… on a beaucoup médit.

Qu’il était tyrannique. (la belle affaire : ce serait bien le premier metteur en scène tyrannique.)

Qu’il avait emprunté un pull rouge a une figurante.

(Oh le salaud !) puis  demandé qu’on aille quérir une montre de luxe  fissa , pour au final ne pas l’utiliser.

(quel tyran  !)

Et surtout qu’il avait commandé des huîtres et du champagne, en avait régalé ses deux actrices…

et pas le staff. (et alors ???!!! )

(A-t-il aussi commandé 400 huîtres pour le staff au final – comme on l’a dit ? …. on s’en tape !)

Et comment voulais-tu qu’il s’y prenne, espèce d’andouille, pour persuader Léa Seydoux, fille de * et petite fille de **…, de lécher la chatte de sa partenaire -et vice et versa– devant la caméra ????

Quand tu invites une meuf ou deux, ou trois, tu ne leur offres pas de champ’ ni d’huîtres toi, avant de les pousser vers le lit ? Goujat !

Une bouteille de champ’ et deux douzaines d’huîtres pour une Palme d’or : bravo l’artiste ! Respect.

Et j’avoue je trouve assez suspecte cette cabale contre Kechiche, au lendemain de la Palme.

Et j’imagine aisément combien il a dû se battre pour en arriver à être libre, comment petit-beur fils d’un électricien, fils de personne venu de nulle part, il a dû se battre pour en arriver là, les couleuvres qu’iI a du avaler, les vacheries, le savon noir, le mépris…

Il n’a pas invité à Cannes l’auteur de la BD dont le film est inspirée ? Soit : Nobody’s perfect.

Mais si le film est beau –et attendons de le voir- on lui pardonnera TOUT : les huîtres, le pull rouge, la rolex, le champagne, les horaires élastiques…

Et même d’être « issu de l’immigration » :

nobodys perfect – et la nave va !

————————————–

————————————-
Bibliographie d’Elise Fontenaille

Romans
1997 : la Gommeuse, Grasset, arrivée par la poste
1999 : le Palais de la Femme, Grasset
2001 : Demain les Filles ont va tuer papa, Grasset
2002 : L’Enfant Rouge, Grasset
2006 : Brûlements, Grasset.
2007 : Unica, Stock
2008 : L’Aérostat, Grasset
2008 : Unica au Livre de Poche
2009 : Un koala dans la tête, Rouergue
2009 : Chasseur d’orages, Rouergue, 2009
2010 : Les disparues de Vancouver, Grasset
2010 : L’été à Pékin, Rouergue
2010 : La cérémonie d’hiver, Rouergue
2010 : La reine des chats, Rouergue
2011 : Le garçon qui volait des avions, Rodez, France, Éditions du Rouergue, coll. « DoAdo », 2011
2011 : L’homme qui haïssait les femmes, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 2011
2011 : Le Palais de mémoire, Paris, Éditions Calmann-Lévy, 2011,
2011 : Le soleil et la mort, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, coll. « Lampe de Poche », 2011
2011 : Les poings sur les îles, ill. de Violeta Lopiz, Rodez, Éditions du Rouergue

The following two tabs change content below.
Elise Fontenaille
Elise Fontenaille est écrivain, auteure de plus de vingt romans dont « Les disparues de Vancouver » (2011), pour lequel elle a obtenu le prix Erckmann-Chatrian.
Elise Fontenaille

Derniers articles parElise Fontenaille (voir tous)

Related posts