En relisant « Vivre me tue »

 

————————

Hommage à Jack-Alain Léger…

Cette nuit j’ai relu Vivre me tue, paru en 1997, (l’année où j’ai publié mon premier roman, « la Gommeuse, histoire d’eau », qui se passe au hammam de la mosquée de Paris ) je ne l’avais pas relu depuis sa sortie.

En seize ans, j’avais presque tout oublié, sauf le portrait féroce et hilarant de la Libraire, « l’Abbesse « , et le frère mourant dans une clinique de luxe, en Allemagne. Je me souvenais vaguement de la polémique à propos de l’auteur, un « clandestin » ? – que personne ne voyait jamais, qui vivait soit-disant au Maroc et fuyait les journalistes. Assez vite, on a su que c’était Jack Alain-Léger, il n’a jamais confirmé.

Et puis il y a huit jours, JAL s’est jeté par la fenêtre du 8e étage, entraînant dans sa chute -et sa rédemption – Paul Smaïl le Magnifique, et j’avoue j’ai pleuré en apprenant la nouvelle, comme cette nuit en relisant « Vivre me tue ». J’ai toujours eu un grand faible pour les écrivains reconnus qui se glissent dans la peau d’un autre et écrivent sous pseudo : Gary/Ajar – JAL/Smaïl.

Jack-Alain Léger (de son vrai nom Daniel Théron) est mort à l'âge de 66 ans.
Jack-Alain Léger (de son vrai nom Daniel Théron) est mort à l’âge de 66 ans.

Dans les deux cas, deux romans magnifiques, « frais » comme disent les jeunes, où éclatent le mot VIE, et deux juifs d’un certain âge qui se glissent dans la peau d’un jeune « arabe » – un enfant, un éternel étudiant. En refermant « Vivre me tue », les yeux mouillés, j’ai pensé à Jean Genêt et à son amant palestinien, suicidé, et au texte que Genêt écrivit : « le captif amoureux ».

Je n’ai rien d’autre à dire, lisez, relisez Vivre me tue, pour saluer Paul Smaïl, envolé cet été.

Lisez, riez, pleurez… bel été – même si parfois l’été nous tue.

————————————–

Sur le même sujet :

Jack-Alain Léger : Tartuffe se tue en plein ramadan (Rue 89)

Jack-Alain Léger, grand écrivain maudit, s’est donné la mort (Le figaro)

————————————-
Bibliographie d’Elise Fontenaille

Romans
1997 : la Gommeuse, Grasset, arrivée par la poste
1999 : le Palais de la Femme, Grasset
2001 : Demain les Filles ont va tuer papa, Grasset
2002 : L’Enfant Rouge, Grasset
2006 : Brûlements, Grasset.
2007 : Unica, Stock
2008 : L’Aérostat, Grasset
2008 : Unica au Livre de Poche
2009 : Un koala dans la tête, Rouergue
2009 : Chasseur d’orages, Rouergue, 2009
2010 : Les disparues de Vancouver, Grasset
2010 : L’été à Pékin, Rouergue
2010 : La cérémonie d’hiver, Rouergue
2010 : La reine des chats, Rouergue
2011 : Le garçon qui volait des avions, Rodez, France, Éditions du Rouergue, coll. « DoAdo », 2011
2011 : L’homme qui haïssait les femmes, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 2011
2011 : Le Palais de mémoire, Paris, Éditions Calmann-Lévy, 2011,
2011 : Le soleil et la mort, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, coll. « Lampe de Poche », 2011
2011 : Les poings sur les îles, ill. de Violeta Lopiz, Rodez, Éditions du Rouergue

The following two tabs change content below.
Elise Fontenaille
Elise Fontenaille est écrivain, auteure de plus de vingt romans dont « Les disparues de Vancouver » (2011), pour lequel elle a obtenu le prix Erckmann-Chatrian.
Elise Fontenaille

Derniers articles parElise Fontenaille (voir tous)

Related posts