Radio France, des voix et des vues !

Le 27 février 2014, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel nommait Mathieu Gallet à la tête de Radio France. Le jeune nouveau président de la Maison Ronde veut faire du numérique une priorité de son mandat. A l’aune de la révolution digitale, la radio, ce sont des voix, mais aussi des vues.

Une perspective innovante mais qui implique probablement la remise en cause de la gratuité totale des contenus offerts par le groupe audiovisuel public français. 

1

L’écoute différée bientôt payante sur la radio publique française ?

Miser autant sur les dispositifs internet que sur les programmes proposés sur les ondes : un pari audacieux, qui consiste à faire de la radio un média audiovisuel à part entière.

Mais, la restructuration de l’offre numérique de Radio France impliquera probablement la remise en cause de la gratuité totale des contenus offerts par le groupe audiovisuel public français.

 Dans une note précisant son projet pour Radio France, Mathieu Gallet écrit vouloir réduire l’universalité du service public à la seule diffusion en FM, excluant les contenus enrichis et les nouveaux usages (podcasts, écoutes différées) de l’offre gratuite.  » L’écoute différée implique un coût d’archivage, d’éditorialisation et de distribution pouvant justifier l’acquittement d’une contrepartie, même modeste. », arguait le nouveau président de la Maison Ronde.

Vraisemblablement, Mathieu Gallet ne conçoit pas d’élargir la redevance, mais bien d’instaurer un « péage » sur certains contenus numériques.

La presse française a accueilli avec surprise cette proposition prononcée à demi-mot.

Il y a deux manières de voir les choses : on peut déplorer que les petites bourses risquent d’être bientôt privées de la totalité de l’offre radiophonique publique. Ou bien, on peut espérer au contraire que tout le monde bénéficiera in fine de nouveaux contenus numériques enrichis, développés justement grâce aux fonds levés par la participation financière à certains podcasts.

LE NUMÉRIQUE, UN PARI GAGNANT POUR LE RAYONNEMENT DE RADIO FRANCE A L’INTERNATIONAL

studioRFI432

La diversification de l’offre numérique représente aussi un enjeu international pour Radio France, dans la mesure où une meilleure visibilité sur l’internet est un moyen d’accroître le rayonnement de la radio publique française, et à plus forte raison, de la francophonie.

Radio France Internationale, par exemple, est la station la plus suivie dans l’Afrique francophone. L »offre numérique, en donnant la possibilité de visionner en replay des émissions culturelles qui ne sont pas transmises en FM, a renforcé le positionnement de RFI sur le continent. Investir dans le numérique va dans ce sens.

Cette semaine, RFI a d’ailleurs expérimenté, en partenariat avec Radioline, un dispositif de radio visuelle sur YouTube visant à conquérir un public de Digital Natives à travers tout le monde francophone.

Contourner le risque de contenus numériques à visée commerciale 

Au lendemain de la nomination de Mathieu Gallet à la tête de Radio France, Ira Rubenstein était nommé Manager Digital de PBS, la radio publique des Etats-Unis. Interrogé sur la question de faire payer les contenus numériques développés par PBS, ce dernier a réaffirmé la nécessité de maintenir une offre gratuite à disposition des citoyens américains, par crainte que la généralisation des podcasts payants n’excite une concurrence entre les émissions et n’encourage des programmes qui répondent de plus en plus évidemment à des critères commerciaux.

Un risque que Mathieu Gallet contournera en ne tarifant modestement qu’un faible taux de contenus numériques (podcasts, replay…).

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - aussi à la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...). SITE PERSO : claraschmelck.com

Related posts