Algérie : une présidentielle par médias interposés

Le 11 mars 2014, la gendarmerie interdisait d’antenne la chaîne privée El Atlas TV. Pour éviter toute interférence avec la Wiam TV, dédiée à la promotion du candidat Bouteflika ? 

Les manifestations d’opposition à Bouteflika se multiplient à Alger

Les Algériens sont à présent fixés : le Conseil Constitutionnel vient de  valider six candidatures pour le scrutin du 17 avril, dont celle du président sortant, Abdelaziz Bouteflika.

Cordon policier devant le conseil constitutionnel algérien. Photo : F. Atig, Intégrales Productions.
Cordon policier devant le conseil constitutionnel algérien. Photo : F. Atig, Intégrales Productions.

Toute la semaine, des opposants au quatrième mandat de Bouteflika ont fait savoir leur colère dans les rues de la capitale.

Le 11 mars, les arrestations se sont intensifiées, au rythme horaire de cinq fourgons pouvant contenir quarante personnes.

Manifestations contre le 4ème mandat de Bouteflika, à Alger. Photo : F.atig, Intégrales Productions
Manifestations contre le 4ème mandat de Bouteflika, à Alger. Photo : F.atig, Intégrales Productions

Ce soir là, la gendarmerie confisquait le matériel de la chaîne de télévision privée  « El Atlas », et a perquisitionné ses locaux, situés dans le quartier de Bab Ali. La chaîne a été officiellement interdite d’émission, cela « jusqu’à nouvel ordre ».

El Atlas était une des rares chaînes à se montrer critique envers le pouvoir, depuis l’ouverture du champ audiovisuel algérien au secteur privé, en 2011.

C’est la première fois, depuis trois ans, qu’une chaîne privée est frappée de dissolution.

Logo de la chaîne de télévision "El Atlas"
Logo de la chaîne de télévision « El Atlas »

A l’approche des élections présidentielles, qui se tiendront le 17 avril prochain, l’opposition y voit une mesure d’intimidation.

On peut aussi y voir une opération de « nettoyage », peu avant la sortie officielle de Wiam TV, une chaîne de télévision dédiée à la promotion de la candidature du président Bouteflika à sa propre succession. Diffusée à titre expérimental sur satellites depuis le 6 mars, elle sera officiellement lancée le 24 mars prochain, premier jour de la campagne électorale des présidentielles d’avril.

24 millions de dollars environ auront été déboursés par l’Etat et les quelques hommes d’affaires mécènes pour diffuser la « Concorde nationale ».

Le nom donné à la chaîne télévisée n’est en effet pas neutre : le mot de « Wiam », « Concorde nationale » est une référence explicite à l’histoire récente de l’Algérie : il rappelle à la Nation qu’en 1999, Abdelaziz Bouteflika avait eu le courage de faire adopter, par référendum populaire, la « Loi de réconciliation nationale ». Le « papi gâteux » que moque la rue d’Alger est avant tout l’artisan d’une dynamique de paix civile en Algérie — paix qui se trouverait fragilisée s’il ne se présentait pas à nouveau à la magistrature suprême.

Une manière explicite d’avertir les opposants au quatrième mandat du président sortant qu’ils jouent avec le feu en semant la discorde. L’argument pèse, dans un pays encore hanté par le spectre de la guerre civile déclenchée, en 1991, par le refus des militaires de reconnaître la victoire électorale du Front Islamique du Salut (FIS).

Au lendemain de la censure d’ El Atlas, le sit-In organisé devant le siège de la chaine n’a pas recueilli le nombre de manifestants espéré.

L’avocat de la chaîne El Atlas dénonce des vices de procédures

Le jour suivant, Hichem Bouallouche, gérant de la chaîne El Atlas, était auditionné par la police. Ses avocats dénoncent plusieurs vices de procédure.

L’avocat spécialiste des affaires de presse, Me Bourayou, fait notamment remarquer que la gendarmerie a adressé la convocation à l’assistante du directeur de la chaîne pour qu’elle se présente à la gendarmerie afin de signer le PV de saisie. Or, cette dernière n’était pas habilitée à signer un procès-verbal.

Le site Tout Sur l’Algérie dénonçait « une interdiction dans l’opacité, symbole de la gestion chaotique de l’ouverture de l’audiovisuelle ». (TSA, 14/03/14). Impossible de pénétrer plus avant dans le propos :  « Error displaying the error page: Application Instantiation Error », affiche le lien.

L'Algérie se prépare aux élections. Photo : F.Atig, Intégrales Productions
L’Algérie se prépare aux élections. Photo : F.Atig, Intégrales Productions

Selon nos informations, la chaîne El Atlas devrait prochainement envisager des modalités de diffusion sur le net, depuis l’étranger.

Sortant de sa réserve, la France a appelé l’Algérie à respecter la liberté de la presse : « Nous voulons que soient respectées la liberté de la presse et la liberté d’expression”, a fait savoir hier Romain Nadal, porte-parole du Quai d’Orsay, à des journalistes de l’agence de presse algérienne Algérie Presse Service (APS).

 

Clara-Doïna Schmelck, à Paris pour la chronique « Matin Médias Monde », – avec Farouk Atig, en direct d’Alger.

The following two tabs change content below.
Emery de la Batue

Emery de la Batue

Emery de la Batue, community manager pour divers médias, partage ses activités entre Paris et Washington DC. Il et de chargé de la veille médias et de la rédaction de news à Intégrales Productions.

Related posts