BfpHw6JIcAAdZzj

Le bilan du monde 2014

LE MONDE EN 2014 – LE BILAN INTEGRALES 

Cette année, Intégrales aura couvert de nombreux conflits et crises dans le monde, sur place ou grâce à nos correspondants à l’étranger. 2014 aura été marqué par l’inquiétante montée de l’autoproclamé Etat islamique, le conflit ukrainien et la crise russe, les crispations récurrentes en mer de Chine ainsi que la résurgence des questions raciales aux Etats-Unis.  Panorama, lectures et podcasts à parcourir.  

L’EUROPE, un continent pacifié ? 

La rue appelle la diaspora. Photo : Sanda Gancevici, à Bucarest
Roumanie : la rue appelle la diaspora. Photo : Sanda Gancevici pour Intégrales Mag, à Bucarest

Le 22 février, après trois mois de révolte populaire, le président Viktor Ianoukovitch, qui avait refusé de signer un accord d’association avec l’Union européenne, déserte Kiev sous la pression de la rue. Sa destitution, le même jour, à la Rada suprême (le Parlement), par 328 voix sur 450, marque le retour sur scène de sa grande rivale, Ioulia Timochenko. L’ancienne égérie de la révolution orange de l’automne 2004, embastillée depuis 2010 sur oukase personnel de Viktor Ianoukovitch, est libérée. Sur Maïdan, la place centrale de la capitale ukrainienne devenue le cœur d’une révolution sanglante, elle prend la foule à témoin, acclamée par plus de 50 000 personnes. D’aucuns lui prédisent alors (enfin) un destin présidentiel. A tort, puisque les clés de l’Etat seront reprises en mai par… Petro Porochenko, un oligarque pragmatique et pro-européen rompu aux arcanes de la politique, mais sur lequel personne n’aurait misé une hryvnia quelques mois plus tôt.

A lire sur le site de Toute L’Europe (Paris) :  » UE/Russie : entre apaisement et provocation », revue de presse

Entre-temps, la Russie, peu encline à l’attentisme face aux soubresauts qui agitent ce qu’elle considère comme son hinterland, a fait  main basse sur la Crimée, où mouille la flotte de la mer Noire. Le 18 mars, Moscou entérine le rattachement de cette péninsule stratégique (ukrainienne depuis 1954), qui adopte le rouble dès le lendemain. Prises au piège de leurs propres atermoiements, les puissances occidentales laissent faire. Vladimir Poutine profite de cette pusillanimité pour avancer ses pions et semer les graines de la discorde dans l’Est. Objectif : soustraire la zone d’influence prorusse à l’autorité du pouvoir central, quitte à provoquer une partition du pays. La manœuvre n’échoue qu’à moitié. De fait, deux républiques populaires autoproclamées émergent dans le Donbass, à Donetsk et Louhansk, en avril. Le conflit avec Kiev est inévitable. Au fil des mois, les combats s’amplifient, sur fond d’anathèmes. Plusieurs trêves ont été instaurées, sans jamais vraiment être respectées sur le terrain. Impavide, Vladimir Poutine aspire à restaurer le lustre perdu de son pays. Mais le bras de fer qu’il a engagé avec l’UE et, surtout, les Etats-Unis – devenus sa Némésis – pourrait, in fine, se retourner contre lui. D’autant que l’économie, nerf de la guerre, ploie sous l’effet conjugué des sanctions occidentales, de l’effondrement du rouble et de la baisse des cours du pétrole.

A lire dans Intégrales Mag : « Qui a fait tomber Viktor Ianoukovitch ? », par Emilie Rached

Mais, l’ex-Europe de l’Est, c’est aussi la nouvelle UE. Jamais, dans la Roumanie postcommuniste, un responsable politique issu d’une minorité n’avait encore accédé à la magistrature suprême. Sans doute par peur d’une hypothétique « cinquième colonne ». A 55 ans, Klaus Iohannis, d’origine allemande (1), vient de briser cet état de fait. Déjouant les pronostics, le dirigeant libéral, maire depuis 2000 de la ville transylvanienne de Sibiu (centre), a remporté, dimanche 16 novembre, le deuxième tour de l’élection présidentielle. Qui plus est, avec une confortable majorité (près de 55 % des voix) face à son adversaire, le premier ministre social-démocrate Victor Ponta, de treize ans son cadet. Cette victoire inattendue, M. Iohannis la doit en priorité à la mobilisation massive des jeunes et de la diaspora.

A lire dans Intégrales Mag : « Roumanie : une victoire pour l’Etat de droit », par Aymeric Janier

En dépit des lignes de fracture qui le parcourent d’Est en Ouest et du Nord au Sud, le Vieux Continent conserve son pouvoir d’attractivité aux yeux des réfugiés et des demandeurs d’asile. Depuis janvier, ils ont été au moins 207 000, Syriens et Erythréens pour la plupart, à essayer de franchir la Méditerranée pour rejoindre l’Europe, contre 70 000 en 2011 – année des « printemps arabes ». Si certains ont miraculeusement franchi les écueils de la traversée, d’autres n’ont pas eu cette chance. Ainsi, plus de 3 149 d’entre eux ont péri en tentant de toucher du doigt le rêve européen. Un chiffre bien supérieur aux drames de l’immigration observés ailleurs – dans le golfe du Bengale (environ 540 morts) et au large de la Corne de l’Afrique (plus de 240 victimes) – qui n’a pas pour autant suscité de choc de conscience, sauf chez le pape François. De l’aveu même de l’ONU, l’UE a brillé par son « indifférence ». « De Mare Nostrum » à « Triton », le nom du dispositif de surveillance aux frontières a peut-être changé, mais le fond du problème – l’accueil et l’intégration subséquente des migrants – demeure sciemment mis sous le boisseau.

A lire dans Intégrales Mag : « A Tripoli, le sort alarmant des migrants clandestins », par Farouk Atig

 

MOYEN-ORIENT, le spectre de Daech

Hommes de Fadjr Libya, triomphant sur un tank. se présentent comme les libérateurs du chaos dans lequel est plongé la Libye depuis 2011.
Hommes de Fadjr Libya, triomphant sur un tank. se présentent comme les libérateurs du chaos dans lequel est plongé la Libye depuis 2011.Photo : Farouk Atig, Intégrales Productions.

Le Moyen-Orient aura vu émerger cette année un nouvel acteur redoutable du terrorisme international : l’Etat islamique (EI, ex-Etat islamique en Irak et au Levant). Né sur le terreau de la guerre en Syrie, ce mouvement djihadiste sunnite a connu, à partir du mois de juin, une progression fulgurante. En quatre jours seulement, il a réussi, presque sans coup férir, à s’emparer de Mossoul, la deuxième ville d’Irak, avant d’étendre insidieusement ses tentacules dans l’ouest et le nord du pays. Contraints de se convertir ou de mourir, les chrétiens d’Orient, l’une des plus anciennes communautés de Mésopotamie, ont souffert maints tourments. Un calvaire également partagé par les yézidis, une minorité kurdophone dont les ramifications s’étendent en Syrie, en Turquie, en Arménie et en Géorgie.

A lire dans Intégrales mag« Monde arabe, quelles perspectives ? », dossier spécial – par Farouk Atig, Tewfik Aclimandos et Aymenn Al-Tamimi.

A lire dans Intégrales Mag : « Irak : la solidarité des chrétiens d’Irak à l’épreuve », par Clara Schmelck

Face à l’EI, les Kurdes opposent une résistance acharnée. La ville de Kobané, à la frontière turco-syrienne, est devenue le symbole de leur lutte ; un abcès de fixation symbolique dans la guerre entre la lumière de la civilisation et les ténèbres de la barbarie. Le combat risque de se prolonger pendant plusieurs années, et bien au-delà de cette « Stalingrad moyen-orientale ». Car le pouvoir de nuisance de l’organisation dirigée par Abou Bakr Al-Baghdadi, un djihadiste irakien d’une quarantaine d’années, est considérable. Riche, puissant et parfaitement à l’aise avec les outils de communication modernes, l’EI reléguerait presque Al-Qaïda au rang « d’aimable antiquité », y compris en matière de cruauté. Les rescapés de Rakka, son fief syrien, ont ainsi tous décrit des scènes d’horreur où se mêlent décapitations et crucifixions sur la place publique…

A lire dans Intégrales mag : « Comment Daech recrute, de la Libye à la Normandie », par Mehdi Sorel et Clara Schmelck

Conscient de la menace que représente ce mouvement attrape-tout, dont les membres fanatisés sont issus des cinq continents, l’Occident s’est résolu à intervenir par la force, sous l’impulsion des Etats-Unis. Une coalition d’une vingtaine de pays a ainsi été créée. Même les monarchies du Golfe, imprégnées de sunnisme, ont pris le parti de resserrer les rangs. Une manière de se préserver, tout en formant un front uni face… à l’Iran.

A lire dans Intégrales Mag : « Daech, la difficile controffensive internationale  » , par Emery de la Batue

L’Iran, précisément, représente un autre pôle d’instabilité et d’incertitude. En souffrance depuis plus de dix ans, le dossier nucléaire n’a connu aucune avancée notable, en dépit des espoirs nés de l’accord intérimaire de Genève, signé en novembre 2013. Le rendez-vous de Vienne, le mois dernier, s’est soldé par un échec. Les tractations entre Téhéran et le groupe dit des « 5+1 » – les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité l’ONU (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni) auxquels s’ajoute l’Allemagne – achoppent toujours sur deux points cruciaux : le nombre de centrifugeuses et le niveau d’enrichissement d’uranium. La nouvelle date butoir pour parvenir à une solution négociée a été repoussée au 30 juin 2015. Mais cette énième prolongation ne laisse pas entrevoir une issue favorable. Le déverrouillage du statu quo pourrait venir de l’ayatollah Ali Khamenei, le véritable maître de l’Iran. Reste à savoir si le Guide suprême est disposé à briser ses propres entraves idéologiques et à pactiser avec le « Grand Satan » américain. Rien, à ce stade, ne donne à penser qu’il va s’engager dans cette voie. D’autant que, placés en embuscade derrière lui, les puissants Gardiens de la révolution veillent farouchement au maintien de l’ordre établi en 1979.

A lire dans Orient-Le-Jour : « Entre l’Iran et les 5+1, le risque d’un nouveau camp David », par François Nicoullaud, ex ambassadeur de France à Téhéran

Un immobilisme mortifère prévaut aussi dans le cadre du conflit israélo-palestinien. Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, n’a pas davantage réussi à arracher des concessions aux belligérants que ses prédécesseurs. L’opération « Bordure protectrice », lancée par l’Etat hébreu le 8 juillet pour détruire les infrastructures du mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza, en a apporté une nouvelle preuve. Parallèlement, l’accélération de la colonisation en Cisjordanie n’a guère contribué à rasséréner l’atmosphère. Dans ce contexte abrasif, l’hypothèse d’une troisième intifada (guerre des pierres), comme en 1987 et 2000, n’est pas à exclure. En affichant sa volonté de durcir la judéité de l’Etat, vieille antienne des ultraorthodoxes, le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, a lui-même ouvert la voie à un tel scénario. Ce calcul électoraliste à courte vue lui assurera-t-il un nouveau triomphe lors des élections législatives anticipées du 17 mars ? Pas sûr.

A lire dans Intégrales Mag : « Manifestations pro-Gaza à Paris : le décodeur de drapeaux », par Emery de la Batue

Si « Bibi » est dépendant du jeu des partis, le maréchal Abdel Fattah Al-Sissi, lui, n’est tenu par aucune contingence politique. Depuis qu’il a été élu président de l’Egypte en juin, avec 96,9 % des suffrages exprimés (score relativisé par le fait que plus d’un électeur sur deux s’est abstenu), il règne en majesté sur le pays, avec le soutien de l’armée, s’appliquant à faire table rase de « l’ère Morsi ». Conséquence de son exécration des Frères musulmans, la plupart des fidèles de l’ancien chef de l’Etat islamiste ont été condamnés à mort, au terme de procès aussi superficiels qu’expéditifs. Dans le même temps, le « système Moubarak » a été en partie blanchi par la justice. Preuve que la révolution de janvier-février 2011 a été enterrée, et avec elle l’espoir de voir les militaires répondre de leurs actes. Sur les bords du Nil, le culte de la personnalité est de retour, plus vivace que jamais. Et malheur à ceux, médias et ONG, qui osent braver l’autorité de « Sissi imperator » ! (*)

 

ASIE-PACIFIQUE : des archipels convoités

Inde. Homme lisant son journal. Photo : Amaury Laporte.
Inde. Homme lisant son journal. Photo : Amaury Laporte pour Intégrales Productions.

Forte de son nouveau statut de première puissance économique mondiale devant les Etats-Unis, la Chine ne craint plus d’afficher ses ambitions, au risque de provoquer l’ire de ses voisins. Le pouvoir chinois a beau s’évertuer à récuser toute velléité irrédentiste, les Philippines, le Vietnam et le Japon – pour ne citer qu’eux – doutent du caractère pacifique de ses intentions. Une inquiétude loin d’être infondée, si l’on en juge par la poussée continue exercée par Pékin en mer de Chine méridionale. Dans cette zone de 3 500 000 kilomètres carrés hautement stratégique, car vitale pour le commerce international, la Chine, excipant de « droits historiques » de souveraineté, multiplie les projets de développement. Ce qui crée des remous diplomatiques avec les pays riverains. Ainsi, en mai, l’installation d’une plate-forme de forage aux abords de l’archipel disputé des Paracels a provoqué un incident avec les garde-côtes vietnamiens et, partant, la colère de la population.

Plus au Nord, la mer de Chine orientale est également le théâtre d’un âpre différend territorial à propos des Senkaku, une poignée d’îlots inhabités administrés par le Japon (mais revendiqués par Pékin sous le nom de Diaoyu), dont les eaux seraient particulièrement riches en ressources halieutiques et, surtout, en hydrocarbures. Depuis deux ans, incartades et provocations y sont monnaie courante, avec le risque de conflagration que de tels agissements impliquent. Pourtant, jusqu’à présent, Tokyo se refusait à admettre officiellement la réalité de ce contentieux. La première rencontre entre Xi Jinping et Shinzo Abe, le premier ministre conservateur japonais, en marge du sommet de la coopération Asie-Pacifique (APEC), le 10 novembre, a au moins permis d’avancer sur ce point. Chacune des parties a en effet reconnu « des points de vue divergents ». Est-ce à dire que les deux géants asiatiques se trouvent à l’aube d’un nouveau départ ? Possible, mais ce premier pas (timoré) reste à confirmer. Récemment reconduit dans ses fonctions, avec une confortable majorité, à l’issue d’élections législatives anticipées qu’il avait lui-même convoquées, Shinzo Abe a désormais les coudées franches pour entériner le principe d’autodéfense collective et, ce faisant, prendre ses distances avec la doctrine pacifiste post-1945 ancrée dans la Constitution de 1947. Pas de quoi, sans doute, inciter le « dragon chinois » à réfréner ses ardeurs expansionnistes…

Mise à l’épreuve à l’extérieur, la Chine l’a également été sur le plan intérieur. Lasse de subir un énième diktat des hiérarques de Pékin, Hongkong l’insoumise est entrée en rébellion début septembre. L’objet du scandale ? La volonté du pouvoir central de cadenasser à double tour l’élection du futur chef de l’exécutif local, prévue en 2017. Celui-ci sera tenu « d’aimer la Chine et Hongkong », ce qui, entre les lignes, exclut tout candidat susceptible de contrevenir, de près ou de loin, à l’orthodoxie du Parti communiste. Même si la « révolte (pacifique) des parapluies » s’est éteinte au bout de trois mois par essoufflement, l’ancienne colonie britannique devenue région administrative spéciale aura prouvé qu’elle n’était pas prête à embrasser silencieusement « l’idéal monolithique » prôné par les mandarins du PCC.

A écouter en podcast sur Radio France Internationale (Paris) : « Chine, le mouvement des parapluies », par RFI

Plus à l’Ouest, l’Inde et le Pakistan ont tenté de combler le fossé historique qui les sépare. Mais il est difficile de barrer d’un trait de plume soixante ans de haines recuites, à l’origine de trois guerres (1947-48, 1965, 1971). L’esquisse de dialogue amorcée en mai par le nouveau premier ministre indien, Narendra Modi, issue de la droite nationaliste hindoue, a rapidement tourné court. Une incompréhension mutuelle entretenue par l’affrontement larvé que se livrent les deux frères ennemis du sud asiatique à propos du Cachemire, nœud gordien jamais réellement tranché. Autre obstacle à une paix durable et sincère : le péril taliban. Celui-ci demeure élevé au Pakistan – comme l’a prouvé l’attaque contre une école de Peshawar le 16 décembre (plus de 130 morts) –, mais aussi en Afghanistan. Dans ce pays, le départ des troupes de l’OTAN, après treize années de guerre, laisse dubitatif : les autorités de Kaboul vont-elles être en mesure de prendre la relève ?

A lire dans Intégrales Mag : « La version chinoise du Figaro, ou le luxe comme Soft Power », par Clara Schmelck

AFRIQUE : sur fond d’intrigues et d’incertitudes 

Bangui enterre ses morts. Photo : Farouk Atig, ntégrales Productions
Bangui enterre ses morts. Photo : Farouk Atig, Intégrales Productions

Face aux fondamentalistes djihadistes, le concert des nations, orchestré par la France, veut se faire entendre. Engagée dans les airs contre l’EI au Moyen-Orient, l’armée française l’est aussi au sol, en Afrique. En août, l’opération Barkhane a ainsi pris le relais de « Serval » (lancée en janvier 2013 au Mali), avec le même objectif : faire pièce aux terroristes islamistes du Sahel. Une vaste galaxie de groupes disséminés sur une zone immense et au sein de laquelle gravitent entre autres Ansar Dine, Al-Mourabitoune – né de la fusion, en août 2013, du Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et des Signataires par le sang – et AQMI, la « filiale » d’Al-Qaïda au « Maghreb islamique », qui a détenu pendant trois ans Serge Lazarevic, finalement libéré le 9 décembre.

Parallèlement, Paris poursuit sa mission à haut risque en République centrafricaine, même si les effectifs qui lui sont dévolus devraient décroître. En 2015, l’opération « Sangaris » comptera ainsi moins de 600 hommes, contre 1 900 actuellement. Sur le terrain, les affrontements interconfessionnels entre chrétiens et musulmans ont cessé, preuve que les pourparlers de Brazzaville menés en juillet sous le patronage du président congolais Denis Sassou Nguesso ont porté leurs fruits. Mais ce calme apparent, qu’un incident isolé pourrait rompre, a tout d’un trompe-l’œil. De fait, le pays se trouve désormais coupé en deux : l’Ouest vit sous la coupe des milices anti-balaka, majoritairement chrétiennes, l’Est, sous la férule de l’ex-Séléka (rébellion principalement musulmane venue… du Nord).

A lire dans Intégrales Mag : « RCA : dialogue aux enfers entre Balakas et anti-sélékas », par Farouk Atig

Le règne de l’insécurité s’étend aussi au-delà. Outre les Chabab en Somalie et au Kenya, et AQPA (Al-Qaïda dans la péninsule Arabique) au Yémen, Boko Haram fait trembler le nord-est du Nigeria, devenu la première puissance économique du continent devant l’Afrique du Sud de Jacob Zuma. Le mouvement islamiste dirigé par Aboubakar Shekau s’est notamment illustré d’une sinistre manière en enlevant à la mi-avril 276 adolescentes dans le dortoir de leur lycée de Chibok. A ce jour, 219 d’entre elles demeurent captives. Et le président Goodluck Jonathan, un chrétien originaire du Sud, en fonction depuis 2010, paraît privilégier l’attentisme à l’action. Pour mieux se concentrer sur sa réélection en février 2015 ?

Les intrigues politiques, lorsqu’elles échouent, peuvent avoir des conséquences immédiates et sévères. Blaise Compaoré en sait quelque chose, qui a été chassé de la présidence du Burkina Faso par la rue le 31 octobre, après vingt-sept ans d’un règne sans partage, parce qu’il voulait réviser la Constitution à son avantage. Rien de tel en revanche pour Robert Mugabe au Zimbabwe qui, toujours fermement accroché au pouvoir malgré ses 90 printemps (record d’Afrique), n’exclut pas de se représenter… en 2018. D’ici là, l’année 2015 offrira quelques rendez-vous électoraux, qu’il sera intéressant d’observer, notamment en Zambie (janvier), au Soudan (avril), au Burundi (juin-juillet) et en Guinée (novembre). Comment ne pas évoquer également le Soudan du Sud, ce pays né au forceps en juillet 2011 et qui, depuis un an, s’enfonce dans la famine et la guerre civile, sur fond de rivalités interethniques entre Dinka et Nuer ? Une zone de tensions sur fond d’Ebola…

A lire dans Intégrales Mag : « Ebola, cet objet médiatique complexe », par Clara Schmelck

AMÉRIQUES : comme un effet de rémanence 

New York, novembre 2014. Photo : Farouk Atig, Intégrales Productions
New York, novembre 2014. Photo : Farouk Atig, Intégrales Productions

Les Etats-Unis croyaient en avoir fini avec l’antagonisme atavique entre Blancs et Noirs. La mort début août à Ferguson (Missouri), dans des circonstances troubles, de Michael Brown, un jeune Afro-Américain de dix-huit ans, tué par Darren Wilson, un policier blanc, a suffi pour mettre le feu aux poudres et replonger le pays de l’Oncle Sam cinquante ans en arrière, lorsque Martin Luther King formait le vœu d’une société plus égalitaire. Le rêve énoncé en 1963 par le pasteur baptiste à Washington, sur les bords du Potomac, s’est, semble-t-il, dissous dans l’air du temps. A Cleveland (Ohio) et à New York, d’autres « bavures » ayant entraîné la mort de jeunes Afro-Américains ont suscité de virulentes réactions contre les violences policières, transcendant les divergences communautaires. Dans « l’affaire Brown », le non-lieu accordé à Darren Wilson par un grand jury a encore ajouté au malaise ambiant, en jetant la suspicion sur la prétendue partialité de la justice.

A lire dans Intégrales Mag : « Nous avons besoin de professionnels de la révolte – rencontre avec le philosophe  Christopher Hedges », par Farouk Atig

A lire sur le site du Nieman Journalism Lab (Harvard) : « Fergusson in press and Twitter »

L’autre point de friction concerne l’immigration clandestine, thématique devenue brûlante avec l’afflux croissant de jeunes fuyant l’Amérique centrale et l’ultraviolence de ses gangs (les maras). Malgré la sévère défaite de son camp (démocrate) aux élections de mi-mandat du 4 novembre – le Sénat a basculé du côté républicain –, le président Barack Obama a annoncé un projet de régularisation massive d’étrangers en situation irrégulière. Cela pourrait potentiellement concerner jusqu’à cinq millions de personnes. Une perspective qui fait frémir le « Grand Old Party », lequel a promis de torpiller par tous les moyens son initiative. Si le locataire de la Maison Blanche a subi à l’automne une séquence politique défavorable (rappel de sa promesse non tenue de fermeture de Guantanamo, rapport fustigeant les méthodes de torture utilisées par la CIA après le 11-Septembre), il peut au moins se targuer d’avoir obtenu, le 17 décembre, un succès spectaculaire sur le plan diplomatique : le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba.

« Todos somos Americanos ! » a lancé Barack Obama au terme de son discours du mercredi 17 décembre où il plaidait un processus de normalisation des relations diplomatiques avec Cuba, après près d’un demi-siècle d’embargo. Au coeur de la « doctrine Obama », la liberté de la circulation de l’information, qui passe nécessairement par une ramification de Cuba au réseau internet mondial.

A lire dans Intégrales Mag : « Les Etats-Unis veulent connecter Cuba », par Clara Schmelck

Ce dégel, obtenu grâce à l’entregent discret mais efficace du Vatican et du Canada, marque l’épilogue d’un demi-siècle de guerre froide et de défiances réciproques. Il s’explique aussi sans doute, côté cubain, par le constat raisonné du régime castriste qu’il n’est point de salut sans assise économique. Or, celle du Venezuela, son principal bailleur de fonds sur le continent, n’a cessé de se détériorer du fait des errements de la politique de contrôle des devises mise en place par le président Nicolas Maduro. La grande question, désormais, est de savoir si l’embargo imposé unilatéralement contre l’île communiste par John Fitzgerald Kennedy en 1962 va être levé avant que Barack Obama achève son second mandat. Celui-ci, bien sûr, le souhaite ardemment, mais le Congrès a le dernier mot en la matière…

En Colombie, les lignes bougent aussi. Après une période où les pourparlers de paix entre le pouvoir et les FARC ont progressé à pas mesurés, la guérilla vient d’annoncer un cessez-le-feu unilatéral, sans limitation de durée, « tant que les forces militaires ne [les] attaque[ro]nt pas ». Une sorte de pacte de non-agression qui couronne les efforts menés par le président Juan Manuel Santos (réélu avec 50,9 % des voix à la mi-juin), le « faucon » transfiguré en « colombe ».

A lire sur le site du journal Semana (Bogota) : « La « Rosa con espinas de las FARC »

FRANCOPHONIE : une espace en formation

La francophonie doit parler aux jeunes. C’est la conclusion du XVè sommet de la francophonie, qui se tenait à Dakar du 28 au 30 novembre. La canadienne Michaëlle Jean, succédant à Abdou Diouf au poste de secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), a plaidé pour une « Francophonie moderne et tournée vers l’avenir ». L’enjeu fondamental sera pour l’OIF d’offrir une lisibilité plus claire à la francophonie auprès des nouvelles générations. Ni zone de libre échange économique, et encore moins union politique univoque, comment affirmer cet espace dont le tracé en filigrane est la communauté de langue ? Ce qui est du ressort de l’organisation internationale pour la francophonie, qui n’est ni un Etat, ni une société, ni une fondation, c’est la valorisation des patrimoines écrits des pays francophones. Indispensable pour que l’échange culturel ne se réduise pas à un commerce vide de sens. Aujourd’hui, la francophonie n’est pas le résidu de l’Empire Français, mais l’expression vivante d’une langue qui est, rappelons le, une langue d’émancipation. Pour la plupart des poètes qui ont écrit sous le joug de l’occupant français, elle fut un cri libératoire . Et cette langue, les jeunes doivent la connaitre en sa chair, à travers les voix de qui l’ont habitée, déplacée dans l’incertitude et le courage de leurs luttes. Sans cet acte de transmission, la francophonie risque bien de perdre son âme.

A lire sur Intégrales Mag : « La francophonie doit parler aux jeunes », par Clara Schmelck

Dossier réalisé par Aymeric Janier* et Clara Schmelck.

* Aymeric Janier,  journaliste au Monde, spécialiste des relations internationales, est auteur du blog « Relations internationales, Etats critiques ».

_____________________________________________________________________________________________________

page4TOUTE L’ANNÉE 2015, RETROUVEZ NOS ENQUÊTES INTERNATIONALES PAR PAYS : « Ces dossiers qui ne se referment pas »

The following two tabs change content below.
Aymeric Janier

Aymeric Janier

Aymeric Janier est journaliste, notamment au Monde, et spécialiste des relations internationales. Il est l'auteur du blog "Relations internationales, états critiques".

Vous pouvez également lire