Des kalachs contre des crayons

Ce mercredi 7 janvier 2015 au matin, une fusillade a éclaté devant le siège du journal satirique  «Charlie Hebdo», dans le XIè arrondissement de Paris, rue Nicolas Appert. Des hommes encagoulés ont pénétré au siège du journal avant d’ouvrir le feu à l’arme automatique.

Selon les dernières informations dont nous disposons, deux policiers figurent parmi les victimes, ainsi que les dessinateurs Cabu, Tignous, Wolinski et Charb. Toute une expression française de la liberté de la presse. Au moins 4 personnes seraient toujours dans un état grave.

«C’est un véritable massacre, il y a des morts», a rapporté un témoin de la scène plus tôt dans la matinée.Après la fusillade, le commando a pris la fuite à bord d’une DS noire, en direction de la porte de Pantin et a fauché au moins un piéton. Le commando aurait ensuite arrêté un automobiliste pour lui prendre sa voiture pour poursuivre leur fuite.

François Hollande a rejoint à la mi-journée le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve arrivé en fin de matinée à l’intérieur des locaux du journal avant de regagner l’Elysée une vingtaine de minutes plus tard pour présider une réunion ministérielle exceptionnelle.

En attendant, le plan Vigipirate a été relevé au niveau maximal « Alerte attentats »: grands magasins et médias notamment sont sous étroite surveillance.

4  dessinateurs dans le viseur des terroristes 

Les dessinateurs Cabu, Charb, Tignous et Wolinski figurent parmi les victimes de l’attentat perpétré ce matin par deux individus au siège de Charlie Hebdo, selon des sources judiciaires qui nous ont été confirmées en début d’après-midi.

Jean Cabut, dit Cabu était âgé de 75 ans. Il collaborait avec Charlie Hebdo depuis les années 70.  Stéphane Carbonnier, alias Charb, figurait depuis 2013 sur les listes des personnes à liquider par Al Quaeda.

Des kalachs contre des crayons. Un acte de lâcheté dénoncé sur toute la journée sur Twitter, dénoncé toute la journée par des politiques et des personnalités du monde des médias. Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, s’est étonné de voir en France ce qui arrive couramment dans d’autres pays du monde et dont on s’indigne ici peut être trop peu :  «C’est une attaque barbare, c’est une affaire sans précédent, qu’on peut voir au Pakistan, en Somalie mais voir ça en France… Il n’y a pas d’agression plus grande que s’attaquer à un journal qui exerce leur liberté d’expression. C’est évidemment atroce.»

Ce dernier dessin de Charb apparait aujourd’hui tristement prémonitoire.

3044293-le-dernier-dessin-jpg_2649339

Ce soir à 17h, à l’initiative du SNJ, le principal syndicat de journalistes, une marche de solidarité et de réaffirmation du principe de liberté d’expression est organisée place de la République à Paris. Des marches auront également ente 18h et 20h lieu dans plusieurs grandes villes du pays.

Dessin de Plantu en soutien aux dessinateurs tués dans l'attentat contre Charlie Hebdo
Dessin de Plantu en soutien aux dessinateurs tués dans l’attentat contre Charlie Hebdo

– Restez avec nous pour la suite de ce dossier.

Clara Schmelck, avec la rédaction.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Related posts