Zoom : France télévisions à l’infini

Mardi 2 juin, France Télévisions a présenté le lancement de sa dernière offre de télévision numérique. Baptisée « Zoom », l’application gratuite disponible pour l’instant sur l’Apple Store permet à chaque mobinaute d’accéder à tous les contenus de France Télévisions  en temps voulu et modulable. 

La Power Room du Palais de Tokyo est un écrin de vitamines. Idéal pour faire tester à la presse Zoom, la première chaîne personnalisable de télévision mobile native en France, dans un premier temps disponible sur l’Apple Store. Zoom veut aussi symboliser le bilan de Bruno Patino à la direction générale des programmes, des antennes et des développements numériques de France Télévisions. Il s’agissait de prendre le dernier virage numérique. « C’est le temps du mobile et c’est le temps de la recommandation », identifie l’auteur de La Condition Numérique. Selon Médiamétrie, la France compte 30,4 millions de mobinautes, et 2 millions des plus de 15 ans regardent quotidiennement la télévision sur un autre écran. Une proportion en nette augmentation, puisque 86% de ces téléspectateurs « multicanaux » se sont convertis ces deux dernières années.

France Télévisionschoisit le Palais de Tokyo pour  présenter Zoom à la presse. Photo : CS, Intégrales Mag
France Télévisionschoisit le Palais de Tokyo pour présenter Zoom à la presse. Photo : CS, Intégrales Mag

Triple recommandation 

L’offre, conçue pour smartphones, est basée sur une recommandation humaine, sociale et algorithmique  : une liste de « playlists » thématique défile. Grâce à un algorithme, cette sélection s’affine au fur et à mesure de ses visionnages. Il peut « aider » le programme de calcul en marquant les vidéos qu’il aime et celle qu’il n’aime pas, au moyen d’un widget d’évaluation. Autre intérêt de l’appli : le téléspectateur mobinaute peut aussi indiquer le temps dont il dispose pour visionner des vidéos  : 5, 10, 20 minutes ou plus.  L’offre proposée s’adapte à ce temps disponible.  Seule limite à cette télévision zen et ultra personnalisée : les contrats passés avec les producteurs, dont certains sont toujours en cours de négociation.

Zoom espère ainsi résoudre le dilemme du désir et de la volonté propre à l’ère du mobile, et que l’on peut résumer en deux paradoxes :  « les gens aiment la télé, mais vivent la diffusion linéaire comme une contrainte »  , et « les téléspectateurs estiment qu’il y a trop de choses à la télé pour avoir le temps de tout visionner mais exigent le plus grand choix pour accéder à ce qu’ils jugent le meilleur ».

Unknown-2Mais Zoom n’est pas qu’une simple agrégation de contenus à la carte, intelligemment conçue et joliment dessinée, défend Bruno Patino : « Il y a une vraie exigence éditoriale derrière ». L’algorithme de recommandation met ainsi en valeur certaines émissions que l’équipe éditoriale estime importantes, tout en laissant la possibilité à chacun de préciser à l’appli celles qu’il « ne veut surtout pas voir ». Si vous ne supportez pas Cash, Zoom l’aura vite compris. Unknown L’offre pourrait à terme  accueillir des contenus natifs, spécialement conçus en fonction des usages de l’appli, nous confie l’équipe de Zoom, à l’issue de la conférence. On peut ainsi imaginer des mini-émissions d’humour ou de santé, aisément visionnables en 5 minutes dans les transports ou dans la salle d’attente d’un médecin.

Pluzz reste le coeur de l’offre replay

Pluzz, qui reste le coeur de l’offre replay du groupe audiovisuel public, continuera son service. Idem pour France TV info, Culture box, France TV éducation, Ludo et Zouzou.

Le directeur des programmes, qui se refuse à penser le tournant numérique en terme de « devices », insiste sur  « la capacité de la télévision à réussir sa mutation dans la coexistence de deux modèles : la télévision de programmation, et la télévision de recommandation. »

France Télé à l'infini. Photi : CS, Intégrales Mag
France Télé à l’infini. Photo : CS, Intégrales Mag

« Chaque offre a ses vertus : la télévision de programmation reste sans égal pour les événements, l’accompagnement, tout ce qui dans la vie sociale exige la simultanéité massive d’une audience voyant la même chose au même moment. La télévision de recommandation se révèle, elle, d’une efficacité sans pareille pour proposer à chacun de voir, au bon moment, la série, le film, le documentaire qui correspond à ce que ses amis ou des algorithmes, et souvent les deux, savent être son attente » : argumente t-il, à l’appui de son bilan à France Télévisions.

Version prototypale 

Depuis janvier 2014, la mise au point de la version prototypale de cette application a mobilisé 25 personnes, dont des prestataires, comme la société lyonnaise Cognik, à qui France Télévisions a chargé de crée l’algorithme. Au total, le groupe aura investi 1,4 million d’euros pour la développer. De nouvelles fonctionnalités comme le mode hors connexion, permettant de visionner des vidéos même sans accès à l’Internet. Une version adaptée aux ordinateurs devrait être disponible à l’automne, et aux tablettes d’ici de la fin de l’année. En suspens, l’outil de recommandation sociale, à savoir  la mise au point d’une possibilité d’échanger avec sa « communauté » sur les réseaux sociaux. « On y travaille », murmure Rémy Pfimlin. Delphine Ernotte poursuivra t-elle le chantier Zoom, qui semble entrer en cohérence avec son projet  de développement du second écran  ?  « Demandez-le lui ! » sourit Bruno Patino avant de s’éclipser…en mode zoom zoom zen.

 

 

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Related posts