La fin de l’internet des blogs ?

Imaginez que vous avez passé six ans derrière les barreaux pour avoir forgé les heures les plus libres du world wide web, et qu’à votre sortie,  vos yeux soient aveuglés devant un internet enfermé dans les carcans d’un commerce contraire à ses principes fondateurs.

C’est ce qui est arrivé à Hossein Derakhshan, bloggeur canado-iranien mondialement connu, incarcéré en 2008 et objet d’une grâce fin 2014. Dans une note sur le site américain  Medium, il bute sur les changements qui se sont produits ces dernières années, et qu’il perçoit comme des verrous à la liberté d’expression, à l’indépendance de la circulation sur le web.

« Considéré comme le « père du blog » dans le pays – ces mêmes blogs qui se sont multipliés pour contrer la censure du gouvernement au début des années 2000 – ce journaliste irano-canadien enregistrait près de « 20 000 visites par jour » sur sa page, d’abord consacrée à Internet, puis devenu un espace de critique du pouvoir iranien », précise Pixels (un site du Monde).

Comment internet est devenu un cauchemar 

Dans le « flot intarissable d’informations choisies pour eux par des algorithmes complexes et mystérieux”, il entrevoit  la conséquence suivante :  « les pages Internet qui ne sont pas hébergées par des réseaux sociaux sont en voie de disparition”.

De la dictature du « like » et du « clic », Derakhshan  lit, outre la perte de désir des internautes d’aller à  l’essentiel,  la frivolité dangereuse des mouvements de masse.

1*DLIqBteIIJchIhaiUfCFdQ

Au sujet de la fin de la logique des hyperliens,  qui « représentaient l’ouverture, l’esprit d’interconnexion caractéristique du World Wide Web, une vision émanant de son inventeur, Tim Berners-Lee.” , il pointe du doigt  les paramètres des réseaux sociaux sur lesquels “ajouter plusieurs liens à un post n’est généralement pas possible”.

Résultat : la manière de lire l’internet a changé.

 « L’écriture sur Internet n’a pas changé,  mais la lecture, ou en tous cas la manière de procéder pour être lu, s’est considérablement transformée », déplore encore le bloggeur politique, qui, à sa sortie, s’est aperçu que le lien quil venait de poster sur Facebook s’était retrouvé noyé par l’algorithme.

Plus profondément, le bloggeur engagé regrette un Internet désinvesti intellectuellement, et où “il y a de moins en moins de texte, et de plus en plus de vidéo et d’images à regarder”, marquant le “basculement d’un Internet-livre à Internet-télévision”.

Sur internet, je ne pense plus, donc je suis, dénonce en substance Hossein Derakhshan.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - aussi à la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...). SITE PERSO : claraschmelck.com

Related posts