Photo : copyright Intégrales/Spicee

« Syrie : les escadrons du Djihad » : les raisons d’un reportage

 CROYANTS? ULTRA VIOLENTS? NIHILISTES? QUI SONT LES DJIHADISTES SYRIENS ANTI-ASSAD ? Quand la plupart des médias se focalisent sur le seul groupe « Etat Islamique », Intégrales s’intéresse à ces groupuscules qui gravitent autour de l’EI. Pendant une semaine, nos deux reporters, Farouk Atig et Yacine Ben Arabia, se sont immergés au coeur du groupe Ansar Al-Aquida, dans la région d’Alep. Plongée en eau profonde.

Photo : copyright Intégrales/Spicee
Photo : copyright Intégrales/Spicee

Nébuleuse

57 minutes : c’est la durée du reportage co-produit par Intégrales et Spicee, qui contracte une semaine passée par nos reporters sur le front parmi les brigades djihadistes les plus radicales.

Ces groupes autonomes disent combattre les forces loyalistes de Bachar Al-Assad dans le nord-ouest de la Syrie. Ils ont été créés par des anciens du Front Al Nosra, affilié à AlQuaïda, et de l’ »Etat Islamique ». S’ils ont les mêmes horizons idéologiques que l’EI, à savoir renverser le régime et instaurer un grand califat, ils semblent revendiquer davantage de religiosité.

Abu Muhamad Al-Halab, chef incontesté de Jabat al-Nusra (Al Qaida) dans tout le nord de la Syrie jusqu’à 2003, est le personnage central du reportage. C’est pour des motifs idéologiques et territoriaux, entre-autres, qu’il a décidé de créer sa propre mouvance, « Ansar Al-Aquida », laquelle rassemble près de 1.500 hommes.

Entre bombardements, prières et opération kamikaze, l’on découvre avec stupeur l’utilisation faite des prisonniers de l’armée syrienne tantôt affectés à la fabrication d’explosifs tantôt à la réalisation d’un tonneaux fins de pénétration derrière les lignes ennemies. Rare : la présence de femmes combattantes sur le front.

Dans les arcanes du montage

Ces séquences choisies, qui mêlent scènes de vie quotidienne et préparatifs de guerre, mettent le lecteur dans l’impossibilité de s’appuyer à tout type de méta-discours. Pas de commentaires. Pas d’interprétation. Voir la vidéo livre chacun à sa propre capacité à se distancer des phénomènes.

Irresponsable ou responsabilisant ? Certainement, le doucement visuel ne se suffit pas à lui-même, et ne remplace ni un reportage dit de « journalisme classique », ni des lectures et des débats érudits. Reste qu’il est nécessaire pour comprendre sans oeillères ce qui est précisément entrain de se produire au Moyen-Orient.

Et, il serait naïf de croire que cette forme de reportage embeded consiste simplement à enregistrer, conférant à la caméra le rôle de miroir mouvant. Le montage, effectué avec l’équipe de Spicee, aura duré tout l’été. Pour des raisons de déontologie, tout ce qui a été vu n’est pas montré. Il a fallu prendre garde à ce que ne soit pas portée aux écrans toute image qui contribuerait à la publicité des protagonistes. Preuve que le geste journalistique est bien présent, bien que non manifeste.

Montage
Montage

_

Le reportage « Les escadrons du Djihad », à visionner lundi 24 août sur SPICEE 

Les coulisses du reportage « Les coulisses du documentaire « Syrie, les escadrons du Djihad » , un entretien à lire sur le blog « Journaleuse », et réalisé par Margaux Duquesne  :

A lire aussi, dans le JDD : « Une semaine avec les Djihadistes syriens » Le JDD

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire