Égypte : journalistes en danger

Le journaliste égyptien Ismaïl Alexandrini, 32 ans, vient d’être emprisonné par le pouvoir pour des articles critiques. Il est soupçonné d’appartenir aux Frères musulmans. Human Rights Watch dénonce une censure déguisée. 

Egypte : la révolution impossible
Photo : Intégrales Mag 

Le journaliste égyptien Ismaïl Alexandrani, spécialiste de la région du Sinaï et collaborateur notamment du Monde diplomatique, d’Orient XXI ainsi que du journal libanais Al-Safir,  a été arrêté et placé en détention provisoire pour 15 jours par le parquet de la Sécurité nationale égyptienne.  Il est accusé d’«appartenir à une organisation interdite», à savoir les Frères Musulmans, et d’avoir publié de «fausses informations dans l’objectif de nuire à l’intérêt national et de troubler la paix publique», rapporte  la journaliste Warda Mohamed. Le pouvoir militaire en place lui reproche des liens supposés avec les Frères musulmans, organisation désormais interdite en Egypte.

Le site égyptien Ahram Online précise que le journaliste et chercheur a été arrêté à son atterrisage au Caire, où il arrivait depuis l’Allemagne, où il donnait une conférence, pour rendre visite à sa mère en mauvaise santé. L’ONG Human Rights Watch  évoque sur son site une « arrestation illégale ». « L’arrestation d’Ismaïl Alexandrani est profondément troublante et s’inscrit dans l’actuelle tendance des services de sécurité égyptiens à arrêter les personnes dont les écrits divergent des positions officielles », a expliqué Joe Stork, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch.

Arrestations en cascade 

L’arrestation du journaliste constitue donc une entorse à l’article 6 de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, à laquelle l’Égypte est un État partie, interdit la détention arbitraire. Les articles 9 et 12 ajoutent respectivement que toute personne a « le droit d’exprimer et de diffuser ses opinions », et « le droit de quitter tout pays y compris le sien, et de revenir dans son pays ».

Le pouvoir égyptien, qui a dissous les Frères musulmans, dont était issu le président déchu Mohammed Morsi, réprime violemment les manifestations d’opposition et s’est lancé dans une guerre contre les journalistes et blogueurs, accusant ceux qui le gênent d’être liés à l’organisation islamiste.

L’arrestation d’Alexandrani est survenue trois semaines après le placement en détention pendant deux jours, par les services de renseignement militaire égyptiens, du journaliste d’investigation et militant des droits humains Hossam Bahgat. Dans ce contexte de défiance vis-à-vis des journalistes, les associations de défense des droits de l’homme dénoncent une censure masquée.

 

 

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Related posts