Je n’ai pas peur d’eux

La photographie de Tess Aplund, la Suédoise au poing levé, prise le 1er mai à Borlange, Dalarna, dans le centre de la Suède, où l’organisation néo-nazie Nordiska motståndsrörelsen tenait un rassemblement, fait le tour des réseaux sociaux.

L’image est structurée de manière binaire : à gauche, un quarteron de jeunes hommes bedonnants, chemises blanches serrées en meute. A droite, une seule personne. Une femme, le visage mat, anguleux, qu’un poing levé grandit.

David Lagerlof, auteur de la photographie, décrit : “Une seule femme sort dans la rue et se trouve en face de l’organisation nazie la plus violente de Suède. D’un geste, la femme soulève alors son poing et refuse de bouger. En face d’elle, l’ensemble des leaders des organisations se rapprochent dans un silence solennel. Le regard de la femme rencontre celui de l’homme au milieu. Il y a alors une bataille de regards.”
Chk8AXWWkAAc8lx

“Je n’ai pas peur d’eux”, a déclaré Tess Asplund, 42 ans, à la police qui tentait de l’évacuer.

Levé, le poing ne signifie pas l’usage de la force, mais mais la puissance du regard. Les Black Panthers levaient le leur en symbole d’émancipation, les coureurs américains Tommie Smith et John Carlos lors des JO d’été de 1968 à Mexico, reproduisaient ce geste.

Devenu viral sur les réseaux sociaux, le cliché symbolise l’actualité de la lutte contre les groupuscules racistes et xénophobes en Europe.

(Par Emery de la Batue)

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Related posts