Manifestations anti-« Muslim Ban » aux États-Unis : un printemps en plein hiver

Vendredi 27 janvier 2017, le président Donald Trump a signé un décret visant à limiter la venue de certains citoyens étrangers  sur le sol des États-Unis. Samedi en début de soirée, des milliers de personnes se sont agglomérées dans les aéroports de tout le pays contre ce qui apparait comme un « Muslim Ban ». Un printemps en plein hiver. 

  • Actualisé dimanche 29 janvier : La juge fédérale Ann Donnely déclare illégal le décret pris par Trump. Retenez le nom de cette femme qui a fait démocratiquement, en mobilisant le levier de la justice, acte de résistance face aux dérives du président des États-Unis. 

Les effets de l’ordre exécutif qui suspend l’entrée de tous les réfugiés aux États-Unis pendant 120 jours et qui stipule  l’interdiction d’entrée sur le territoire américain les résidents d’Irak , de Syrie, d’Iran, du Soudan, de Libye, de Somalie et du Yémen ne se sont pas fait attendre.

Samedi, certains voyageurs n’ont pas pu monter à bord de leurs avions à l’étranger, d’autres ont du faire chemin arrière dès leur arrivée aux États-Unis.  Un agent des douanes à JFK  (New York) a refoulé un homme qui se trouvait être un ancien traducteur irakien pour l’armée américaine à Bagdad. Un étudiant iranien devait présenter son mémoire de PHD dans 2 mois. Sa faculté, scandalisée, a accepté de l’entendre via Skype.

Relais sur Twitter 

Ces faits qui l’affichent mal ont été relayés sur Twitter pour illustrer devant le monde entier l’ineptie de cette mesure discriminatoire, contraire à la tradition d’un pays essentiellement multi-culturel et qui prône depuis sa fondation le libre échange et la libre circulation des biens et des personnes.

#NotInOurName, #NeverAgain, End #MuslimBan, #NoBanNoWallm, #WeAreMuslim sont des hashtags qui fleuriront toute la soirée sur Twitter.

Respecter l’accueil des réfugiés 

Devant des centaines de manifestants à l’aéroport JFK, le représentant Jerrold Nadler, D-N.Y, a qualifié l’interdiction inefficace, discriminatoire, « dégoûtante » et a déclaré qu’elle allait « à l’encontre de toutes nos traditions depuis George Washington. »  Le décret Trump casse la culture chrétienne qui inspire largement la vie civile des États-Unis. C’est ce qu’a tenu à souligner sur une pancarte un manifestant qui cite un passage de l’évangile selon Matthieu : « J’étais un étranger, et tu m’as ouvert ta porte« .
Capture d’écran 2017-01-28 à 23.57.47

Ce soir à New York, l’atmosphère est grave. Rukmini Callimachi, reporter au New York Times confie à Intégrales : « C’est vraiment la folie, ici ! ».

Les tweets alertent l’opinion sur le décret passé la veille à la Maison Blanche et alimentent la saine révolte  du peuple venu depuis les villes vers les aéroports. Où est cette Amérique encline à accueillir des réfugiés d’ Europe de l’Est lorsque l’ennemi était Rouge et qui aujourd’hui rejette des familles persécutées en Irak, en Syrie, en Somalie ?

Capture d’écran 2017-01-29 à 00.41.30

Une allemande laisse s’envoler son avion pour rejoindre les manifestants. Les yeux rivés sur un tweet de Justin Trudeau condamnant fermement le décret Trump, elle espère une réaction rapide des chefs d’Etats Européens. Qui d’entre-eux offrira explicitement l’asile, à l’instar de leur homologue canadien ?

Lors d’un entretien téléphonique avec le nouveau chef d’Etat américain, François Hollande a intimé Trump a respecté le principe d’accueil des réfugiés : « Le combat engagé pour la défense de nos démocraties » passe notamment « par l’accueil de réfugiés » a fait valoir le président de la République française. Réponse indirecte de l’intéressé samedi peu avant 18 h (heure de New-York City) : « La mise  en place de cette mesure fonctionne très bien« .

C3Sq8seWIAMGLlA
Photo prise par Sebastian Meyer et diffusée sur son compte Twitter depuis JFK, @sebphoto samedi soir (heure de NYC)

Ce même soir où tempêtent les pas de la colère dans les aéroports des Etats-Unis, Twitter évoquait  la Journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah. Nous devons nous souvenir que les européens de confession juive, dès le début des années 1930, furent transformés en des réfugiés que les États refoulaient aux frontières et expulsaient. Apatrides, dans l’impossibilité d’avoir droit de cité nulle part, ils furent peu à peu déposséder de leurs droits, puis déchus du droit même d’avoir des droits.

A lire sur Intégrales  : « Roissy, les voyageurs sans visages »

___________________________________________________________

Les GAFA inquiets 

« Revenez immédiatement aux États-Unis! » : c’est à l’impératif  que Sundar Pichai, le CEO d’Alphabet (maison-mère de Google), s’est adressé vendredi à une centaine d’ingénieurs étrangers salariés de Google et visés par le nouveau décret sur l’immigration. Le patron de Google craint que ses employés rencontrent des difficultés à regagner le campus de Mountain View.

Dans un billet publié vendredi sur Facebook, Mark Zuckerberg, le patron de la plateforme sociale éponyme, s’est dressé vent debout contre le décret Trump. Il a évoqué les origines européennes très diverses de sa propre famille et a rappelé que son épouse était née de réfugiés sino-vietnamiens. « Nous devons garantir la sécurité de ce pays, mais cela en nous concentrant sur les individus qui représentent une menace réelle« , écrit le CEO et fondateur du réseau social.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - aussi à la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...). SITE PERSO : claraschmelck.com

Related posts