Numérique : les 4 chantiers de Mounir Mahjoubi

Candidat, Emmanuel Macron avait annoncé son souhait d’amplifier la dynamique de l’innovation et de réformer le fonctionnement de l’État en actionnant le levier du digital dans tous les pans de l’action publique.
Gouvernance, culture, startup, GAFA : panorama des principaux chantiers de Mounir Mahjoubi, nouveau secrétaire d’état au numérique.

Sous le quinquennat Macron, lequel arrive à l’Elysée après le tournant numérique engagé par le précédent gouvernement, le numérique va occuper une place transversale dans la manière de gouverner. Dans le programme du président, deux axes se dessinent : l’encouragement à l’entreprenariat et la considération de l’échelle européenne en ce qui concerne le financement de l’innovation et les enjeux de régulation des grandes plateformes numériques.

Au charbon, Mounir Mahjoubi. Agé de 33 ans, le directeur de la campagne numérique d’Emmanuel Macron a étonné en sachant gérer les vagues de piratages informatiques qui ont touché l’équipe du candidat.

Le parcours de Mahjoubi correspond à l’idée de la société civile que se fait le mouvement « En Marche » : titulaire d’un CAP Cuisine, d’une maîtrise de droit de la Sorbonne et d’un master de finance de Sciences Po Paris, l’homme co-fonde en 2010 la société Equanum, une startup qui exploite la plateforme « La Ruche qui dit Oui ». Deux ans plus tard, Mounir Mahjoubi s’implique dans la campagne présidentielle de François Hollande, prend aussi la direction de BETC Digital. En 2016, il fonde une nouvelle entreprise, French Bureau.

1. Très haut débit et open data

Emmanuel Macron veut poursuivre le Plan France Très haut débit lancé par son prédécesseur François Hollande pour couvrir en fibre l’ensemble du territoire d’ici à 2022. Le secrétaire d’Etat au numérique aura donc à charge de réparer la fracture numérique.

A cet effet, il s’est engagé à investir 10 milliards d’euros, issus de son plan d’investissements de 50 milliards d’euros, pour « redéfinir l’action publique », afin de réaliser en 2022 « 100% des démarches en ligne ».

L’ouverture des données (l’open data) est une priorité pour Macron, qui veut créer une banque de données numériques réutilisables. Mahjoubi devra développer une véritable stratégie d’inclusion numérique, avec la création d’une plateforme collaborative pour les handicapés (accès aux diplômes facilité, partage des bonnes pratiques locales), d’un réseau d’accompagnement numérique sur tout le territoire pour les populations estimées les plus « fragiles ».

2. Culture

Dans le domaine de la culture, Mounir Mahjoubi devrait accompagner l’émergence d’un « Netflix européen » et soumettre les plateformes de vidéo à la demande (VOD) à un quota de 50 % de diffusion d’oeuvres européennes.


Le secrétaire d’état au numérique devra mettre en place un Pass Culture d’une valeur de 500 euros, destiné à tous les jeunes à partir de 18 ans pour leur permettre d’accéder aux activités culturelles de leur choix via une application. Il devra faire financer par les distributeurs et les grandes plateformes numériques.

3. Startups et « test and learn »

Candidat, Macron se rêvait en président de la « Start up nation ». Il entend développer le financement des startups moyennant la création d’un Fonds européen de financement en capital-risque, doté de 5 milliards d’euros pour les startups, et chargé de repérer et de financer les futures « licornes ».

Dans une démarche similaire, Emmanuel Macron veut créer un fonds pour l’industrie et l’innovation de 10 milliards d’euros, financé par la vente d’actions dans des entreprises à participation minoritaire de l’État. Tenant du « test and learn », il a promis de créer un droit à l’expérimentation pour faciliter le test de nouvelles solutions en permettant aux entreprises de déroger provisoirement aux dispositions en vigueur.

4. Encadrement des GAFA à échelle européenne et chiffrement

Emmanuel Macron veut aussi imposer une taxe européenne sur le chiffre d’affaires réalisé par les multinationales en Europe. Il souhaite aussi créer une agence européenne pour la confiance numérique, chargée de réguler les grandes plateformes numériques « afin d’assurer le respect d’une concurrence équitable et la protection des droits des utilisateurs ».

Macron, dans son programme, soutient le chiffrement. Il a toutefois fait savoir qu’il comptait prendre dès l’été une « initiative majeure et coordonnée » au niveau européen et avec l’Otan, pour imposer un « système de réquisition légale » aux entreprises pratiquant le chiffrement de bout en bout, comme Apple, Facebook sur Messenger ou encore WhatsApp. Encore une tâche que devra coordonner Mounir Mahjoubi.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - aussi à la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...). SITE PERSO : claraschmelck.com

Related posts