Yannick Bolloré décrypte Canal+


A l’occasion d’un déjeuner avec l’Association des journalistes médias mardi 18 juillet, Yannick Bolloré, patron d’Havas, s’est exprimé sans détours sur la stratégie de son père, Vincent Bolloré à Canal+. Il est également revenu sur le conflit avec la société d’auteurs et sur l’émission de Cyril Hanouna.

Yannick Bolloré, patron d’Havas, a 37 ans. Sa société est en cours de fusion avec Vivendi, groupe dont dépend Canal+. Il ne nie pas que son père va lui confier prochainement des « responsabilités croissantes dans Vivendi ». En attendant, il a déjà un oeil sur Canal+.

Yannick Bolloré
Yannick Bolloré
Le Canal+ version Bolloré est « Auteur Friendly » et audacieux, dans la mesure où la nouvelle offre de 20 euros par mois pour les abonnés et la distribution désormais ouverte aux opérateurs télécoms, relève d’une « vraie révolution culturelle », estime Yannick. Seul bémol : Studio Canal. Un « pari« , un « test« , auquel il ne semble pas trop croire.

« La communication de Canal+ n’a pas été bien faite »

Mais alors, si Canal+ innove et brise les habitudes, comment s’est construite cette image désastreuse de la chaîne dans les médias depuis que Bolloré père est aux commandes ?

« La communication de Canal+ n’a pas été bien faite, je préconiserais d’en changer » a confié aux journalistes Yannick Bolloré. « Il n’est pas normal que les tentatives de redressement du groupe, qui certes n’ont pas toutes porté leurs fruits, notamment sur les grilles de programmes, soient perçues dans la presse comme des errements. », a t-il exprimé. A plusieurs reprises, il a préconisé que Canal+ « s’appuie sur Havas pour gérer la communication », sans se soucier de l’image de DGM, l’actuelle agence conseil de Vivendi-Canal +.

Pour Yannick Bolloré, deux cas récents prouvent les difficultés de communication qui nuisent à l’image de Canal+ : le conflit autour des droits d’auteurs, qui oppose Canal Plus avec plusieurs sociétés d’auteurs, dont la SACEM et la SACD, est « ubueque » étant donné le positionnement de Canal+.

Revenant sur la gestion de la séquence homophobe, diffusée dans l’émission Radio Baba, le 18 mai sur C8, Yannick Bolloré euphémise en évoquant une « plaisanterie« , mais déplore la contestation par C8 de la sanction publicitaire du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) à l’encontre de Touche Pas à mon poste (TPMP) : « Avoir une relation conflictuelle avec son régulateur n’est pas la meilleure stratégie ». « A la place de Cyril Hanouna, j’aurais fait une pause. C’est ce que je lui ai dit. Ça aurait permis de calmer les esprits », a expliqué Yannick Bolloré, tout en défendant l’animateur. Hanouna a pris l’habitude de parler à la place des directeurs de Canal+, pour s’exprimer au nom de la chaîne dans les médias ? « Maxime Saada et Gérald Brice-Viret ne parlent pas assez », tranche Bolloré fils.

La com de Canal bientôt dans le giron d’Havas ? A suivre.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - aussi à la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...). SITE PERSO : claraschmelck.com

Related posts