Le média Insoumis s’est lancé

Le 11 octobre, Le Média, la web-télé créée par des très proches de la France Insoumise s’est lancée dans une ambiance fougueuse. Le pari est de monter un JT « de gauche » sans en faire la TV du leader Maximo Mélenchon.

« Tout d’abord des nouvelles de notre auguste leader : après une nuit sans problème particulier, notre bien aimé Jean-Luc a pris un solide petit déjeuner » ironise une présentatrice raide dans un tailleur rougissimo. IL faut dire que l’étiquette de « Mélenchon TV »colle à la peau du Médoc depuis la publication fin septembre d’un manifeste dans Le Monde, signé par plusieurs proches du leader des Insoumis, dont sa principale communicante, Sophia Chikirou.

Des youtubeurs (Jean Massiet), de la chaîne Accropolis, des blogggeurs, (Olivier Berruyer), et des visages pas franchement à droite de la droite : Aude Lancelin, François Ruffin ou Henri Maler (Acrimed), Guillaume Tatu, ancien journaliste à iTELE, devenu conseiller medias de Mélenchon pendant la campagne présidentielle.

La rédactrice en chef, Aude Rossigneux, ex-Le Point, ex-L’Express, Parisien Magazine et « Mots croisés » sur France 2, a été séduite pas le besoin de proposer un média qui offre une alternative « Pluraliste, écologiste, humaniste et anti-raciste » aux grands titres nationaux détenus par des industriels.

Ligne éditoriale de gauche et modèle économique d’une coopérative

« Le Media citoyen » poursuit depuis mercredi dernier une levée de fond pour avoir les moyens de se développer sans dépendre de grands intérêts financiers (90 % des médias français sont détenus par neuf milliardaires) : les lecteurs sont tous propriétaires du média.
Le financement provient de la vente de parts sociales acquises par les adhérents ainsi que de mécènes. En pratique, pour réussir à pourvoir de dix à quinze contrats à durée indéterminée, il faut un budget de départ aux alentours de 2 millions d’euros.

Organe de Propagande ?

« Après Macron, Mélenchon : la France insoumise lance son média. Dommage qu’ils ne se battent pas plutôt pour l’indépendance des journalistes. » tweetait récemment l’économiste Julia Cagé, auteur de « Sauver les médias ». Dans son livre, elle propose la création d’un statut de « société de média à but non-lucratif », sorte de modèle hybride entre la fondation et la société par actions.

Pour Aude Rossigneux, Le Media n’est pas le porte-voix d’un parti du fait qu’il adopte des angles et des traitements subjectifs. A ses yeux, la subjectivité est ce qui justement fait le sel du journalisme. « la subjectivité, c’est ça qui fait que le journalisme est intéressant« .

Parler de tout, multiplier les origines de l’information, donner la part belle aux témoignages : Le Media veut aller là aux les grands titres de presse ne vont pas. « Avec Le Media », nous assumerons de parler de ces pays dont on prétend qu’ils n’intéressent personne », veut croire Aude Rossigneux. Exemple : l’attentat de Mogadiscio qui a causé plus de 231 morts le 15 octobre.

The following two tabs change content below.

Related posts