Téhéran bloque Telegram

Moins d’une semaine après le début des vives manifestations contre le pouvoir en Iran, le président Hassan Rohani s’est exprimé. Appelant les citoyens à se résoudre à une colère plus silencieuse, il aurait en même temps reconnu l’urgence de ménager des espaces pour que les gens puissent exprimer leurs critiques: « Critiquer, c’est totalement différent que d’utiliser la violence (…) », aurait exprimé Hassan Rohani en Conseil des ministres selon des propos rapportés par la télévision d’Etat. « Nous accueillons positivement les critiques », aurait-il assuré, mentionnant même qu’il fallait « créer les conditions pour la critique, les protestations légales, y compris des manifestations (…) ».

Cela n’a pas empêché que des manifestations se poursuivent dimanche 31 décembre dans plusieurs villes du pays, faisant 10 morts, selon la télévision iranienne. Le ministre de l’Intérieur Abdolreza Rahmani Fazli a demandé à la population de ne pas participer aux « rassemblements illégaux ».

Le ministre des Télécommunications, Mohammad-Javad Jahromi, a choisi Twitter pour accuser Telegram d’encourager le « soulèvement armé ». Plusieurs responsables ont laissé entendre que les manifestations étaient organisées depuis l’étranger.

Related posts