« Des événements devenus si communs qu’ils semblent suivre le même triste déroulé”.

Le scénario de la prochaine tuerie de masse aux États-Unis, le quotidien américain The boston globe le connaît. Il estime que seuls trois éléments sont des variables : “Qui, où et combien de victimes ?”.

“Ce sera un homme, ou peut-être encore un garçon”, écrit le Boston Globe. “Il aura un fusil semi-automatique […] acheté légalement,” comme c’était le cas de Nikolas Cruz, accusé d’avoir tué 17 personnes dans son ancien lycée, en Floride, le 14 février.

“Il se dirigera à pied vers une école, une salle de concert ou un bureau. Et il ouvrira le feu sur une foule d’innocents. Alors qu’il sera encore en train de tirer – crak crak crak – le mot commencera à se répandre. Les survivants cachés dans les vestiaires ou derrière les kiosques enverront des photos, des textos et des vidéos à un monde une fois de plus atterré.”, poursuit le Boston Globe.

imagesLassitude devant l’inaction des responsables politiques face à la question du port d’armes et la vente libre d’armes par n’importe quel citoyen. Le 6 octobre 2017, déjà, la couverture du « New Yorker » était une illustration intitulée « une journée au pays des armes » qui rendait hommage aux victimes de la tuerie de Las Vegas. Un dessin pour rien.

The following two tabs change content below.
redaction

redaction

CM (animateur de communauté sur les réseaux sociaux) / Correspondant(e)s à l'étranger / Contributeurs/trices occasionnel(l)es / Stagiaires JRI et stagiaires presse écrite dans la rédaction pour moins de 3 mois.

Related posts