Les suisses disent « non » au No Billag

C’est un soupir de soulagement pour les télévisions et radios publiques suisses : l’initiative « No Billag » qui visait à supprimer la redevance audiovisuelle en Suisse a été rejetée par votation, ce dimanche 5 mars. Le «non» a atteint les 71%. La participation a atteint 54%. Le mouvement « No Billag », qui réunissait mains dans la mains partisans d’extrême-droite et jeunes ultra-libéraux anti-fiscalité voulaient faire voter pour ce qu’ils estimaient la suppression de la taxe obligatoire profitant surtout à la radio-télévision d’Etat de gauche et pro-immigration.

Le directeur de la SSR Gilles Marchand a salué un « signal fort pour le service public », mais a annoncé dans la foulée un plan d’économies de 100 millions de francs mis en oeuvre dès 2019 et sur cinq ans, avec des suppressions d’emplois.

Radio-Canada évoque ainsi « la défaite cinglante » des partisans du oui, mais rappelle tout de même que « la SSR doit s’atteler à revoir sa programmation. »

En France, Libération parle de la « forme de légitimation qui est donnée aux médias de service public » tandis que Le Monde nuance la victoire du non en rappelant que « les inquiétudes au sein de l’audiovisuel public suisse pourraient vite refaire surface ».

La RTBF, en Belgique, entrevoit que le vote suisse « relance la question de la redevance partout en Europe ». L’argument de la diffusion de contenus d’information et culturels de qualité ne tiendra pas forcément face aux nouvelles générations qui croient pouvoir trouver sur les réseaux sociaux et gratuitement les news qui leur conviennent.

The following two tabs change content below.
redaction

redaction

CM (animateur de communauté sur les réseaux sociaux) / Correspondant(e)s à l'étranger / Contributeurs/trices occasionnel(l)es / Stagiaires JRI et stagiaires presse écrite dans la rédaction pour moins de 3 mois.

Related posts