Coupe du monde de football : attention à l’effet « Cendrillon »

L’équipe de France de football est championne du monde. Cet événement populaire heureux , moment d’unité nationale, a une portée qui dépasse le cadre sportif. Mais attention à l’  « effet Cendrillon » : toutes les tensions sociales risquent de resurgir une fois le carrosse des « Bleus » passé et la foule dégrisée.

Le drapeau tricolore a flotté le 14 juillet et vibré le lendemain. Le 15 juillet 2018 était la réplique de la fête nationale, soirée traversée par une liesse populaire.

451470BA-2E0F-45C6-83A8-600072FA814D

Tous les ferments de la cohésion ont agi, ce soir de victoire de l’équipe de France de football en coupe du monde : fraternité entre les individus autour d’une fête commune ; esprit civique encouragé par les scansions des joueurs eux-mêmes : « vive la France, vive la République » ; joie partagée de gens qui se parlaient d’égal à égal, dansaient ensemble, brisant la vitre des codes sociaux (manières, expression orale et accoutrement ) et des a priori sur les origines culturelles.

L’entité concrète « population », s’est cristallisée en « peuple », et dans la passion du match, mépris et tensions ont été niés. On le voit : l’état d’exception provoque l’abstraction des considérations qui sont source d’inimitié, de ranceurs, de crainte et de dédain entre concitoyens.

Autrement dit, différences et différends sont gommés comme par magie. « Tout le monde s’aime ». Les rapports sociaux se nouent dans le registre du merveilleux.

Jeunes filles françaises nées après 1998 célébrant la victoire de 2018
Jeunes filles françaises nées après 1998 célébrant la victoire de 2018

Le résultat sportif par lequel s’est illustrée la sélection française ne peut que donner un impact positif à l’image du pays à l’etranger. « Un vent d’optimisme caresse la France » titre la BBC (traduction personnelle ).

Sur le terrain du digital (Médias Sociaux, forums, blogs et sites d’actualité) c’est également l’équipe de France qui remporte le match haut la main, mesure Sprinklr.9BF065CA-728A-4699-BFF3-7740E6BCD3E3

Une équipe persévérante et solidaire, conduite par un manager talentueux, soutenue massivement à travers tout le pays, des banlieues aux zones rurales jusque dans le cœur des grandes villes et des « fan zones » hors de l’hexagone, un président de la République dans un état euphorique : cette configuration offrait aux joueurs un rôle de représentant non plus simplement de l’equipe de France mais de la France.

4575E266-6A9E-4FC4-8EEA-AD014508A4FB

Bonheur collectif obligatoire ?

La victoire des « Bleus » a occupé les actualités des médias nationaux et régionaux ce matin, unanimes sur les performances des joueurs et sur l’engouement du chef de l’Etat.

Le journaliste Daniel Schneiderman (Arret sur Images) est réticent devant cet effet d’entrainement collectif qui vire à la ferveur aveuglée. Cela fait semble t-il perdre tout esprit critique aux journalistes français, se demande s’il est encore permis d’exprimer son sentiment d’indifférence par rapport « au foot ».

On crie à la mascarade et la manipulation politique. Macron gesticule dans les stades mais ne se sent pas suffisamment impliqué dans les grands enjeux intérieurs du pays. Pis : le gouvernement profiterait de l’événement sportif pour faire passer discrètement des réformes impopulaires. 99A6F9C7-46CB-4A2E-ABB6-083BF85597D6.

Pour certains observateurs, issus notamment de la formation politique « La France Insoumise », le jeune Kylian Mbappe est même l’idiot utile d’un système de société qui rejette au quotidien les jeunes « issus de l’immigration ». Rabat joies, sans nuances sur les progrès en matière de « diversité » réalisés depuis 20 ans en France, notamment dans les grandes écoles, mais néanmoins indéniablement lucides.

Ce lundi, la RATP a renommé six stations de métro en l’honneur des « Bleus ». «Victor Hugo Lloris», «Deschamps Elysées»…

B05BAE8D-6C94-42C1-95E0-AC3080253036

Dans le métro, on sourit en levant la tête, mais, les pieds sur terre, on regrette amèrement que des monceaux de déchets et de projectiles jetés, négligemment la veille aient été laissés à la charge des agents chargés de la propreté de la RATP. On n’a pas pu manquer de s’apercevoir que ces personnes étaient presque toutes noires de peau. Contraste saisissant et insupportable avec la « diversité » tant chantée hier soir.

Vingt ans après la célébration de la France « Black Blanc Beur », les discriminations pendant les études secondaires et supérieures puis à l’embauche à l’endroit des citoyens estampillés « d’origine africaine » ou « musulmans » reste une réalité injuste, contradictoire avec les principes de la République et qui nuit à la vivacité économique du pays.

Il y a urgence. Faut-il un Kylian Mbappe à l’Elysée pour que la donne change enfin ? Espérons déjà que cette obsessionnelle habitude de planter un arbre généalogique derrière chaque athlète cesse, et que tous les citoyens français soient reconnus comme tels, pas seulement un soir d’ivresse.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Related posts