59294420-9900-40AF-BB05-CEF903C5598A

A Moscou, pas de Gilets Jaunes ?


Entre les Gilets Jaunes et les manifestants à Moscou, il y a peu de préoccupations en commun. Le point à Moscou.

Dès la fin juin, ils ont manifesté. Ou plutôt, ils se sont manifestés. Les plusieurs milliers de protestataires ont bravé l’interdiction officielle en sortant protester devant la mairie de Moscou après que la commission électorale, invoquant de fausses signatures, a décidé de ne pas enregistrer les candidats indépendants aux municipales de septembre à Moscou.

Devant la mairie de Moscou, rue Tverskaya, des policiers leur font face, harnachés et armés de matraques. Les manifestants sont massivement bloqués, arrêtés, frappés.

Macron, vous pouvez vous en débarrasser au prochain tour !

« Cela ne vous fait pas penser à nos « Gilets Jaunes » ? ». Remous dans le café central où je me suis installée. On m’explique poliment en russe et en anglais que je suis à côté du pavé.

Tout d’abord, la plupart des manifestants moscovites sont des jeunes, la plupart diplômés et en position sociale privilégiée, contrairement à la majeur partie des Gilets Jaunes. Le discours social porté par les Gilets Jaunes est peu présent ici. Le point de crispation reste le prochain scrutin municipal de la capitale.

Vu de Moscou, une partie de la jeunesse s’impatiente. « Macron est un c¨¨ mais vous pourrez vous en débarrasser au prochain tour ! » me lance une jeune fille tout sourire. Comme des dizaines de moscovites descendus dans la rue n’ont connu comme président que Vladimir Poutine.

Et la répression, par aspects semblables à la répression des manifestants « Gilets Jaunes » dans les avenues et sur les carrefours de France, prend des dimensions supérieures en Russie : au total, 1300 personnes arrêtées le 27 juillet – dont Alexei Navalny, condamné à 30 jours de détention – et plus de 800 le 3 août, outre de nombreux blessés. Internet a été coupé à plusieurs reprises à Moscou, ce qui n’a pas été (encore) le cas sur le territoire français.
68C3F5C1-FF78-4F2D-BA98-A40E48804C92 (Devant le siège du quotidien « Les nouvelles ». photo : Clara Schmelck)

Les Gilets Jaunes iront aux élections

Poutine, quant à lui, voit les Gilets Jaunes comme une situation-repoussoir. Au Fort de Brégançon (Var) où il s’entretenait avec son homologue français à cinq jours du sommet du G7, le président de la Fédération de Russie a été appelé par Emmanuel Macron à « respecter les libertés fondamentales », Vladimir Poutine a répliqué ce lundi en France qu’il ne pas voulait pas de « Gilets jaunes » à Moscou.

Ce à quoi Emmanuel Macron a rétorqué : « En France, je le dis aussi ici clairement – c’est pour cela que comparaison ne vaut pas raison – ceux qui ont manifesté se sont présentés librement aux élections ». « Ceux qu’on appelle les Gilets jaunes, ils sont allés librement aux élections européennes, ils iront aux élections municipales et c’est très bien comme ça », a-t-il ajouté. « Je souhaite qu’ils s’expriment librement aux élections parce que ça réduit la conflictualité, parce qu’on est un pays où les gens peuvent s’exprimer librement, manifester librement ». Sans néanmoins ajouter « à leurs risques et périls », ce qui serait de rigueur étant donné le nombre de blessés lors de la trentaine de manifestations de fin de semaine à Paris et dans toute la France.

C0FB356D-4AA8-4A96-BD36-D8F8F1D53ACA
Un magasin Leroy-Merlin à Moscou. Photo : Clara Schmelck

Paris ou Moscou ? Dans la rue, on s’y méprendrait, la différence se joue dans les urnes, laisse entendre Macron à qui l’écoute. Habile, mais glaçant : la question de la bonne intelligence entre les forces de l’ordre et l’ensemble de la population est implicitement passée à la trappe. Comme un non-sujet.

Image à la une : Clara Schmelck, à Moscou.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire